() ()

Portada del sitio > Dans la presse > Langue, littérature, idées > L’école fabrique à la chaîne des narcissiques immatures

Entretien avec Alain de Benoist

L’école fabrique à la chaîne des narcissiques immatures

Le 29 octobre 2013

Viernes 17 de octubre de 2014

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

La réforme scolaire, c’est le mistigri que se refilent tous les ministres de l’Éducation nationale depuis des décennies, sachant que la dernière à peu près aboutie fut celle de René Haby, en 1974. Faut-il donc réformer notre système éducatif ? Et si oui, en quel sens ?

Je crois malheureusement que ce système est devenu irréformable. L’homme est, à la naissance, un être inachevé. Pour se parfaire, il a besoin d’acquérir des connaissances et un savoir-faire. Il y avait autrefois diverses manières d’acquérir connaissances et savoir-faire. Aujourd’hui, il n’y en a plus qu’une : l’école. Or, l’école est désormais plongée dans une crise généralisée. Beaucoup se bornent à constater des pathologies quotidiennes (violences, drogue, « incivilités », baisse de niveau, etc.) qui ne sont que des épiphénomènes. D’autres, non sans raison, dénoncent le centralisme étatique, l’inefficacité bureaucratique du « mammouth » de l’Éducation nationale, les aberrations du « pédagogisme » ou la croyance selon laquelle tout le monde peut suivre une scolarité poussée jusqu’au niveau universitaire. Mais c’est encore s’en tenir à la surface des choses. L’école est toujours le reflet de la société, en même temps qu’elle la renforce en reproduisant ses traits essentiels. La réforme du système éducatif est en ce sens indissociable d’un changement radical de société.

À quoi sert ou devrait servir l’école ? Apprendre à lire, écrire et compter ? À réfléchir ? Ou à éduquer les citoyens, charge naguère dévolue à la famille ? Sachant que si l’on parle désormais d’ « Éducation », on se contentait naguère de simple « Instruction »…

L’idéal qui visait à « transformer l’homme » par l’éducation (à « régénérer l’humanité » par le « perfectionnement général de l’espèce », comme disait Condorcet) a de toute évidence fait faillite. Celui, plus modeste, qui visait à transformer les individus en citoyens (« c’est l’éducation qui doit donner aux âmes la forme nationale », assurait Rousseau) a pareillement échoué. Au moins ces deux idéaux reconnaissaient-ils la nécessité d’apprendre et de transmettre. C’est cette nécessité qui est aujourd’hui en question. L’école peut-elle transmettre (des noms, des récits, des symboles, des obligations, une histoire) dans un monde qui ne veut plus transmettre, mais seulement communiquer ? Ce sont bien les finalités de l’acte d’apprendre qui ont changé.

Mais il faut aller plus loin. L’enseignement privé a toujours été, en grande partie, un enseignement confessionnel. Il le demeure, sauf que la religion de l’économie a remplacé les autres – et que, sous son influence, l’école publique se privatise à son tour. Au fur et à mesure que la logique du capital étend son emprise, l’école devient de plus en plus l’antichambre du cabinet d’embauche. Les parents sont les premiers à croire qu’on va à l’école pour apprendre ou trouver un métier, ce qui n’a jamais été le but de l’école. La conséquence oui, mais pas le but. L’éducation est alors perçue comme processus d’entrée sur le marché, perspective purement utilitaire selon laquelle la formation dispensée aux élèves doit être considérée avant tout comme un investissement économique.

L’école, dans le meilleur des cas, n’est plus alors que le moyen d’inculquer des recettes – le savoir en étant une parmi d’autres – permettant d’être le plus performant possible. On cherche donc à accumuler des connaissances « utiles », plutôt qu’à acquérir une formation ou une culture. Ne parlons même pas de réflexion ou de pensée critique. L’école ne remplit plus son rôle ? Du point de vue de l’idéologie dominante, elle le remplit au contraire parfaitement. La réflexion constitue une entrave à la consommation, qui exige des individus sans repères. Il est donc nécessaire que les individus soient dissuadés de réfléchir, tout comme il est nécessaire que l’enseignement de l’histoire ne les pousse plus à s’identifier au passé national. L’école s’y emploie à merveille en fabriquant à la chaîne des enfants à la fois informes et prodigieusement conformes, c’est-à-dire des narcissiques immatures.

Quant à la famille, il y a longtemps qu’elle n’est plus le lieu où l’on naît, où l’on apprend, où l’on travaille et où l’on meurt. Depuis le XIXe siècle, l’État est venu la concurrencer sur tous les plans. Dès l’instant que l’on a placé les bébés à la crèche, les enfants à l’école, les malades dans les hôpitaux, les parents sur leurs lieux de travail et les personnes âgées dans des résidences spécialisées, elle a perdu ses fonctions essentielles. En devenant une structure privée, elle s’est dissoute comme réalité sociale pour devenir un simple lieu de convivialité affective, qui n’aide plus les individus à se construire de façon autonome ni à jouer leur rôle dans la société. On ne la fera pas renaître avec des incantations ou des slogans. La seule façon de lui redonner un sens est de la réinsérer dans un milieu social lui-même signifiant. L’avenir de la famille passe par la réanimation du social.

L’un des débats de la rentrée, c’est la réforme des rythmes scolaires. Quatre jours pleins ou quatre et demi en semaine ? Week-end laissé au repos familial ? Ou attendre la semaine des quatre jeudis ?

La réforme des rythmes scolaires à l’école primaire, avec une semaine de quatre jours et demi, n’est pas en soi une mauvaise chose. Vincent Peillon semble avoir voulu s’aligner sur le « modèle allemand » (qui a cependant aussi révélé ses limites) : disciplines scolaires le matin et activités culturelles et sportives l’après-midi. C’est ce que réclamaient depuis longtemps la plupart des spécialistes des rythmes biopsychologiques chez les enfants. Le problème, c’est que cette réforme n’a pas été suffisamment pensée et qu’on peut à bon droit s’interroger sur les activités dites « périscolaires ». Elles risquent en effet de recouvrir tout et n’importe quoi, du plus valable au plus farfelu, et d’être mises en œuvre par des « animateurs » formés on ne sait où et par on ne sait qui, qui seront en outre majoritairement issus des « quartiers » pour les raisons que l’on sait…

Ver en línea : L’école fabrique à la chaîne des narcissiques immatures