() ()

Portada del sitio > Péda > Pedagogía versus pedagomanía > Réactions à " Une enseignante d’espagnol se suicide près de Nice"

Réactions à " Une enseignante d’espagnol se suicide près de Nice"

Martes 14 de mayo de 2013 por Bernard Boriello

Paul Emploi sur Nice-Matin : "C’est à l’enthousiasme avec lequel les supporters du PSG ont fêté la victoire de leur club que l’on mesure la chance qu’ils ont eue de tomber sur des maîtres d’exception, ayant su rester vivants pour incarner les valeurs olympiques, et non sur ces incapables qui sont la honte du métier et qui poussent l’outrecuidance jusqu’à se suicider, sans considération aucune pour l’image de marque de la noble institution qui les emploie ni pour le traumatisme qu’ils créent chez leurs anciens élèves. Souvenons-nous du beau mot du philosophe Zinedine Riberi (à moins que ce ne soit Franck Zidane) dans ses "Propos sur l’Éducation" : PSG C pas D PD !"

ACP 06 sur Nice-Matin 14/05/2013 à 19h47 : Un protocole pédagogique pour aider les enseignants à gérer leur classe est prévu par l’Éducation Nationale. Sauf erreur de ma part, il est réservé aux titulaires, surtout les nouveaux (les enseignants - stagiaires). Nathalie Philippi ne pouvait sûrement pas en bénéficier, en tant que contractuelle. Après une inspection, un non-titulaire qui a été "signalé" n’est pas repris. C’est le sort qui était réservé à cette enseignante. Elle le savait. Tout le monde le sait, la Direction, le Rectorat, les syndicats. Mais chut ! Pas de vague, tout va bien....
[http://www.nicematin.com/nice/questions-apres-le-suicide-dune-enseignante-a-la-trinite.1253373.html#wprcomments]

Un des animateurs du site polit’productions a jugé bon de reprendre ma réaction sur son site : http://politproductions.com/node/1621

Une autre réaction m’est parvenue dont je partage l’esprit : "Nous aimerions surtout savoir ce que le SNES-FSU a à dire sur l’obligation scolaire. Quel sens y a-t-il à ne pas exclure des élèves hautement perturbateurs ? Quel sens y a-t-il à contraindre certains jeunes à poursuivre leur scolarité en situation d’échec quand ils supplient qu’on les laisse aller en apprentissage ? Si l’on accordait aux équipes plus de pouvoir pour statuer sur ces points (non pas aux enseignants isolés mais bien aux équipes), les dépressions seraient moins nombreuses chez les profs comme chez leurs élèves. Car la violence manifestée par certains élèves peut (doit) être comprise comme un symptôme de dépression, aussi bien que le suicide de certains professeurs... Je crois". CJ.

Ver en línea : Une enseignante d’espagnol se suicide près de Nice